Voir et revoir l’exposition en petit volume
La couverture stéréographique de l’Exposition universelle de 1867

Léon et Lévy, « Exposition universelle de 1867. Section prussienne », vue stéréoscopique sur verre, 8,5 x 17 cm. Collection Serge Kakou.

L’entrée de la photographie en tant que matière dans les expositions universelles du XIXe siècle a déjà été étudiée ; c’est beaucoup moins le cas pour le rôle des images – et singulièrement des stéréographies – en tant que supports de documentation, reportage, diffusion et mémoire des expositions. Dès 1855, mais surtout en 1867, la stéréographie est un canal majeur de documentation et de diffusion des expositions : en 1867, ce sont près de deux mille vues différentes, sur papier et sur verre, qu’offrent à la vente les éditeurs français Léon et Lévy, cotitulaires d’une concession unique avec Pierre Petit, ainsi que la maison Anthony de New York et quelques autres concurrents mineurs. Le présent article propose, après un aperçu historiographique, un repérage de cette « couverture » stéréographique de l’exposition de 1867, que ce soit leur cadre de production ou la caractérisation des contenus iconographiques. L’auteur interroge la stéréographie comme médium miroir de l’exposition universelle et de sa mise en scène d’une concurrence pacifique de nations.

François Brunet est professeur à l’université Paris Diderot et directeur du Laboratoire de recherches sur les cultures anglophones. Il a publié La Photographie. Histoire et contre-histoire (PUF, 2017), La Naissance de l’idée de photographie (PUF, 2011 [2000]), Photography and Literature (Reaktion Books, 2009) et dirigé l’anthologie Agissements du rayon solaire (Presses universitaires de Pau, 2009) ainsi que L’Amérique des images, Histoire et culture visuelles des États-Unis (Hazan/Université Paris Diderot, 2013). Il travaille actuellement sur la circulation internationale des images au XIXe siècle et sur le concept d’imagination photographique de l’histoire.

Mots clés : stéréoscopie, stéréographie, Exposition universelle de 1867, histoire visuelle, collections, reproduction Historien des images et de la culture des États-Unis,

Référence : François Brunet, « Voir et revoir l’exposition en petit volume. La couverture stéréographique de l’Exposition universelle de 1867 », Transbordeur. Photographie histoire société (« Photographie et exposition »), Paris, Macula, no 2, 2018, pp. 124-137.

Transbordeur
Revue annuelle