« Des cendres à la nouvelle métropole »
Le California Camera Club et la reconstruction photographique de San Francisco au lendemain du tremblement de terre et de l’incendie de 1906

Louis J. Stellmann, L’Observatoire de Strawberry Hill, tiré de son ouvrage, Vanished Ruin Era. San Francisco’s Classic Artistry of Ruin Depicted in Picture and Song, San Francisco, Paul Elder & Son, 1910, p. 11.

Le tremblement de terre et l’incendie qui ravagèrent San Francisco en avril 1906, au moment où la photographie amateur était en plein essor, suscitèrent un regain de productions au sein du club photographique le plus important de la région, le California Camera Club. Les membres du club oeuvrèrent alors pour participer à la reconstruction de la ville à l’aide de la photographie. Il ne s’agissait pas uniquement d’une entreprise iconographique ou esthétique, mais plus exactement d’une « participation patriotique » au processus de reconstruction, qui donna matière à une histoire du « nouveau San Francisco ». L’iconographie de la destruction servit de point de départ à une reformulation du San Francisco du début du XXe siècle, véhiculant une vision de son avenir. En dissimulant efficacement les controverses suscitées par le processus de reconstruction, à l’instar du traitement réservé à la communauté chinoise, les images diffusées contribuèrent à fabriquer la vision mythique d’une ville unie et solidaire. Cette vision allait s’insérer de manière harmonieuse dans l’écriture d’une histoire nationale progressiste et servir les intérêts économiques de la région. En interrogeant ce processus, l’article propose de reconsidérer l’impact d’un club photographique local sur la consolidation d’un récit collectif consensuel.

Carolin Görgen est doctorante en études anglophones et histoire de l’art en codirection à l’université Paris VII et à l’école du Louvre. Ses recherches portent sur les pratiques de photographie amateur en Californie au tournant du siècle. En 2016, elle a bénéficié d’une bourse de voyage de la Terra Foundation for American Art pour des recherches aux États-Unis. Elle a publié dans la revue Histoire de l’art (2017) et co-organise le séminaire mensuel Camera Memoria sur les histoires de la photographie au Laboratoire de recherches sur les cultures anglophones à l’université Paris VII.

Mots clés : California Camera Club, photo-club, amateurs, archives locales, imaginaire historique, photographie et catastrophe

Référence : Carolin Görgen, « ‹ Des cendres à la nouvelle métropole ›. Le California Camera Club et la reconstruction photographique de San Francisco au lendemain du tremblement de terre et de l’incendie de 1906 », Transbordeur. Photographie histoire société (« Photographie et exposition »), Paris, Macula, no 2, 2018, pp. 186-199.

Transbordeur
Revue annuelle