Temporalités cachées dans Campo urbano, Côme, 1969

Bruno Munari, « Visualiser l’air », tiré de Luciano Caramel, Ugo Mulas et Bruno Munari, Campo urbano. Interventi estetici nella dimensione collettiva urbana. Como, 21 settembre 1969, Côme, C. Nani, 1970.

Dans la journée du 21 septembre 1969, quarante artistes investirent la ville de Côme avec une série d’interventions annoncées par une distribution de tracts. Campo urbano. Interventi estetici nella dimensione collettiva urbana fut coordonnée par l’historien Luciano Caramel, le photographe Ugo Mulas et Bruno Munari. Alors que d’autres interventions artistiques des années 1960 utilisèrent l’imprimé comme outil de documentation de la performance, le livre des photographies de Campo urbano est unique. Suivant les indications de Munari, les images furent imprimées à fond perdu, faisant alterner planches contact, vues d’en haut et clichés panoramiques. Un effet dynamique était créé en retournant les images, et Munari, afin de simuler une action d’effacement, avait pris le parti de virer dans un bleu céruléen les négatifs noir et blanc de Mulas. Rien ne pouvait être plus présentiste que ce livre et, pourtant, l’auteure nous montre que Munari a voulu déclencher une série d’associations visuelles avec des périodes plus anciennes de l’art italien et avec des épisodes fugaces d’une histoire encore non écrite de la participation.

Romy Golan est professeure d’histoire de l’art du XXe siècle au Graduate Center, City University of New York. Parmi ses publications : Modernity and Nostalgia. Art and Politics in France Between the Wars et Muralnomad. The Paradox of Wall Painting, Europe 1927-1957 (Yale University Press, 1995 et 2009), ce dernier à paraître en français chez Macula (2017), ainsi que « Realism as International Style » (avec Nikolas Drosos), Postwar. Art Between the Pacific and the Atlantic, 1945-1965 (Haus der Kunst, 2016), « Vitalità del Negativo/Negativo della Vitalità » (October, no 150, 2014), « Flashbacks and Eclipses in Italian Art in the 1960s » (Grey Room, no 49, 2012).

 

Mots clés : photographie, art, performance, participation, fascisme, Côme, flash-back, éclipse, Ugo Mulas

 

Référence : Romy Golan, « Temporalités cachées dans Campo urbano, Côme, 1969 », Transbordeur. Photographie histoire société (« Musées de photographies documentaires »), Paris, Macula, no 1, 2017, pp. 166-181.

Transbordeur
Revue annuelle